Comment Grasse est devenue la capitale mondiale du parfum ?
Grasse,au nord de Cannes. 50 000 habitants, et capitale mondiale du parfum. Retour sur l'histoire d'une ville moyenne au rayonnement international.
lavande

Grasse, ville moyenne de 50 000 habitants devenue capitale mondiale de la parfumerie.

« Parfum de Grasse », combien de fois avez-vous vu cette indication sur des bougies, des parfums, des parfums d’intérieur… Grasse, ville française de 50 000 habitants, située au nord de Cannes, a un rayonnement mondial. Mais alors comment, quand et pourquoi cette ville de la Côte d’Azur est devenue la capitale mondiale du parfum ? Retour dans cet article sur l’histoire passionnante d’une ville devenue symbole.

Parfum demain promis de la marque Bastille

Entre champs de fleurs et tanneries nauséabondes

Une situation géographique idéale

Le premier élément qui a permis à Grasse de devenir, peu à peu, la capitale du parfum est sa localisation géographique. En effet, baigné par un climat très ensoleillé et parsemé de nombreux cours d’eau abondants, ce territoire est propice à la culture de nombreuses variétés florales et aromatiques. Cette localisation permet alors l’éclosion d’un patrimoine, avec des champs de tubéreuses, de roses, de jasmins, de violettes…

Un développement lié au travail des tanneries

Si les parfums se sont développés à ce point à Grasse, c’est notamment pour répondre aux aléas liés à l’industrie des tanneurs à Grasse. En effet, autour du 15ème siècle, avant que la parfumerie ne s’y développe, la ville du sud de la France concentrait une forte activité de tannerie. Or, ces peausseries dégagent une forte odeur nauséabonde, qu’il fallait atténuer. Pour palier ces odeurs, est alors venue l’idée de parfumer les peaux. Dès la seconde moitié du 16ème siècle, des champs sont exploités exclusivement pour parfumer les cuirs. Parmi les fleurs les plus utilisées, on retrouve le jasmin, la rose, les tubéreuses et la lavande.

Un soutien royal qui met en lumière le savoir-faire

Catherine de Médicis va donner un coup de projecteur, et d’accélérateur, à la parfumerie de Grasse. D’origine italienne, la Reine aurait apporté à la ville française des techniques en vogue de l’autre côté des Alpes, à Florence. Cette influence permet à la parfumerie grassoise de se développer, mais surtout d’atteindre une stature royale. Dans le même temps, la Provence est rattachée à la couronne française, ce qui permet aux parfums de Grasse de se développer peu à peu à la cour, et donc de rayonner encore un peu plus.

Parfums de la marque Poecile

Emancipation et développement

Une indépendance bienvenue pour se développer

Au début du 18ème siècle, les parfumeurs de Grasse peuvent prendre leur distance avec les tanneurs, ce qui leur permet de prendre le tournant de l’industrialisation. Alors même que le domaine de la tannerie ne parvient pas à s’adapter aux nouveaux modes de production, la parfumerie grassoise s’organise. Ces évolutions permettent dès lors de produire davantage d’huiles parfumées, de pommades, et autres éléments parfumants.

Une approche commerciale efficace

Les parfumeurs de Grasse conçoivent principalement des préparations pour parfumerie, qu’il faut ensuite reconditionner afin de pouvoir les vendre. Rares sont les ateliers qui fabriquent des créations directement vendables. Ainsi, les ateliers de parfumerie travaillent directement avec des détaillants, notamment des détaillants localisés à Paris. Tous les ans, les principaux acteurs de la parfumerie grassoise vont à Paris pendant quelques semaines pour présenter et proposer leurs créations.

Paris cosmopolite, au service des parfums de Grasse

Cette présence des parfums de Grasse à Paris permet de populariser et de faire rayonner certaines senteurs caractéristiques des productions de la ville, comme la rose, le jasmin, la tubéreuse, la violette… Or, à la fin du 19ème siècle, Paris est déjà une ville cosmopolite qui attire une clientèle européenne aisée. Le fait de trouver ces créations dans une ville avec un tel rayonnement permet, par ricochet, de faire rayonner les parfums de Grasse. La réputation de la ville française commence alors à dépasser nos frontières.

Progrès technique et internationalisation

Les progrès techniques au service de la parfumerie

Les nombreux progrès techniques dans la fabrication à la fin du 19ème siècle permettent à la parfumerie de produire en plus grande quantité, et de produire des compositions plus concentrées. A Paris, les parfums de Grasse subissent dorénavant la concurrence étrangère, ce qui pousse les Grassois à s’organiser et se structurer. Pour cela, des exploitations florales et aromatiques se développent en dehors de nos frontières, et les ateliers s’installent en périphérie de la ville. Vers 1900, de nouveaux modes d’extraction font leur apparition, ce qui modernise le secteur. Le savoir-faire grassois se développe intensément durant la première moitié du 20ème siècle, puisque la ville maitrise les procédés d’extraction, la distillation, et la composition de base parfumée.

La Seconde Guerre Mondiale, un tournant pour Grasse

Les guerres successives ont mis à mal les groupes grassois, qui doivent se réinventer et redoubler d’efforts pour reconquérir les marchés. De nombreuses entreprises choisissent alors de s’orienter vers l’élaboration de compositions parfumantes. Cela signifie que Grasse développe des arômes et des parfums, que des clients se chargeront de commercialiser. Les années 1970 sont une période d’essor pour cette industrie réorganisée, et certaines entreprises familiales parviennent à connaître de vrais succès. On semble ici pouvoir déceler deux des forces de l’industrie grassoise du parfum, la résilience et la capacité à se ré-inventer, malgré les évolutions du monde.

Les parfums de Grasse aujourd'hui

Aujourd’hui encore, le savoir-faire grassois attire les maisons de parfums françaises. Ainsi, les deux marques de parfum avec lesquelles MAISON Guirec travaille, Bastille et Poécile, travaillent avec des entreprises basées à Grasse, pour bénéficier de ces savoir-faire emblématiques et désormais historiques. C’est également le cas de la marque de bougie Maison Tchin Tchin.

A nouveau, on peut observer que ces marques s’inscrivent dans la continuité de compétences très anciennement ancrées sur notre territoire, qui se sont développées et réinventées, pour construire la réputation de la France dans ce domaine, et contribuer au rayonnement de notre art de vivre.

Articles en relation

Image de couverture de l'article

Qu’est-ce qui se cache derrière les labels « Fabriqué en France » ?

La fabrication française a le vent en poupe auprès des consommateurs, qui s’orientent vers des productions tricolores pour des raisons plurielles. Pour rassurer ou motiver les clients, de nombreux labels et marquages ont été créés, au point où il devient difficile de les comprendre. Passage en revue, et explication.